LUNDI 13 JANVIER 2014

LA DÉMOCRATIE EN EUROPE: UN ENJEU CLÉ DES ÉLECTIONS DE MAI 2014

Wouter VAN GINNEKEN

 

Ex-fonctionnaire du BIT, vice-président du comité de rédaction de la Revue Internationale de Sécurité Sociale, membre de l’équipe internationale du Mouvement International ATD Quart-Monde – Genève.

 » L’Union européenne fait face à de multiples défis.  Dans le sillage de la crise de l’euro le taux de chômage est à un niveau inacceptable et la pauvreté augmente.  Nous devons trouver le juste équilibre entre ce que décide « Bruxelles » et les responsabilités des États membres, entre notre identité nationale et européenne, entre les inégalités Nord-Sud et Est-Ouest. Pour relever ces défis le déficit démocratique de l’Europe constitue un obstacle majeur.

Ce déficit est dû en partie à une certaine méconnaissance, de la part de  l’électorat européen, de l’impact réel des mesures prises par les institutions européennes et mondiales sur leur vie quotidienne.  L’électorat européen ne se sent pas impliqué dans les décisions qui le concernent.   Par ailleurs le déficit est aggravé par la forte influence des entreprises du secteur privé sur l’élaboration des  politiques tant nationales, européennes que mondiales.

 L’élection directe du président de la Commission européenne constituera un pas en avant vers la réduction du déficit démocratique.  Il est également important d’améliorer la répartition des responsabilités entre le Conseil, la Commission et le Parlement.  Plusieurs initiatives citoyennes européennes doivent aboutir prochainement et pourront conduire à l’adoption de nouvelles lois par le Parlement européen.  Un défi à plus long terme consiste en ce que les partis politiques nationaux acceptent l’établissement de partis européens, auxquels les citoyens européens puissent s’affilier directement, sans passer nécessairement par le canal d’un parti politique national. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.