LUNDI 8 JANVIER 2018

  « Santé 2020 »

Norman Sartorius

Docteur honoris causa, Docteur en Médecine et Psychologie, Professeur de psychiatrie aux Universités de Zagreb et Prague ; Professeur associé aux Universités de Genève (Suisse), Londres (Royaume-Uni), New York (EUA), Pékin (Chine), St Louis (EUA)

L’état de la santé des populations du monde est défini par trois facteurs – par la morbidité, par les personnels des services de santé et par la population elle-même. La présentation examinera l’état et les changements de ces trois facteurs au courant des décennies précédentes et essaiera de dessiner l’avenir de la santé du monde en tenant compte de ces changements.

LUNDI 12 FÉVRIER  2018

  « Inégalités et présence migratoires en France, réalités territoriales, perception et incidence électorale. »

Hervé Le Bras

Directeur d’études à l’INED (Institut national d’études démographiques) et directeur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire sociale et démographique de France.

MARDI 6 Mars 2018

Café Philo

 » C’est pas juste !!! et si on parlait ? « 

organisé et animé par le Cercle Condorcet-Voltaire du Pays de Gex et de Genève.

Café du Soleil

14, Grand Rue  01210 FERNEY-VOLTAIRE

Accueil : 17h 45 – Café Philo : 18h00

Entée libre- Ouvert à tous dès le plus jeune age !

 

LUNDI 12 MARS 2018

« Les droits de l’homme des femmes face aux menaces de régression  »

Patricia Schulz

Avocate, Dr honoris causa, Membre du CEDEF (Comité de l’ONU pour l’élimination des discriminations envers les femmes), Ex-Directrice du Bureau fédéral de l’égalit entre hommes et femmes (Suisse)

« Parmi les progrès de l’esprit humain les plus importants pour le bonheur général, nous devons compter l’entière destruction des préjugés qui ont établi entre les deux sexes, une inégalité de droit funeste à celui même qu’elle favorise. »

 

LUNDI 9 AVRIL 2018

 « Dardanelles 1915, une simple histoire navale ? »

Capitaine de Vaisseau Jean Fossati

Ancien Commandant de la Base marine de Fare Ute à Papeete, Membre de l’Association des Officiers de réserve de la Marine (ACORAM) et de l’AMMAC vallée du Gapeau depuis 2022, élu au Conseil d’Administration de l’ACORAM.

Cette conférence est proposée au regard du centenaire de la 1ére guerre mondiale, dont les opérations des Dardanelles ont été un élément politique et militaire très particulier, exceptionnel, aux conséquences majeures sur le cours de la 1ére guerre mondiale, les négociations de paix et l’entre deux guerres, sur le cours de la 2éme guerre mondiale, et jusqu’à ce jour même sur la politique et la géostratégie des états occidentaux et orientaux.

LUNDI 14 MAI  2018

« Nos valeurs, fondements d’une défense et d’une sécurité européenne »

Jean Marsia

Après une carrière de logisticien, puis d’administrateur militaire, Jean Marsia est nommé Directeur de l’enseignement académique de l’ERM en 2003.Il l’adapte aux Espaces européens de l’enseignement supérieur et de la recherche, à la politique européenne de sécurité et défense, ainsi qu’au programme Erasmus. Colonel en retraite depuis 2010, il entame une thèse en sciences politiques, sur la défense européenne, qui lui vaut de devenir le conseiller Défense du Premier ministre Elio Di Rupo. Depuis le 7 septembre 2015, il est docteur en sciences politiques (ULB) et en sciences sociales et militaires (ERM).

LUNDI 11 JUIN 2018

« DU CHAOS A L’HARMONIE un parcours de vie »

Patrick Crispini

Chef d’orchestre, compositeur et pédagogue de nationalités suisse, française et italienne.

Après avoir mené dès 8 ans une carrière de jeune chanteur soliste saluée par plusieurs prix internationaux, a étudié le piano, le chant, la direction de choeur et d’orchestre et la musicologie sous la houlette de musiciens prestigieux comme Michel Corboz, Magda Fonay, Pierre Dervaux, Ferdinand Leitner, Benjamin Britten, Oliviero de Fabritiis, Carlo-Maria Giulini, Herbert von Karajan, Jacques Chailley, Marcel Landowski… poursuivant parallèlement des études littéraires et philosophiques universitaires. Créant à Genève, dès 1976, son propre ensemble vocal et orchestral, il s’est progressivement orienté vers le répertoire lyrique, théâtral et religieux, qu’il sert depuis longtemps comme chef principal ou invité sur diverses scènes internationales.
De nouvelles découvertes dans l’infiniment grand, mais aussi à l’échelle du microcosme, remettent au goût du jour le vieil héritage pythagoricien et, au-delà, des savoirs immémoriaux qui semblent relier entre elles les civilisations successives, autour des nombres, des proportions et des lois mathématiques. La musique, deuxième discipline du quadrivium, enseignée dans toute l’Antiquité et jusqu’aux Lumières, au même titre que l’arithmétique, la géométrie et l’astronomie, peut être aussi envisagée comme la transcription des nombres dans le monde vibratoire. De là on peut comprendre pourquoi beaucoup d’artistes ont tenté d’élaborer leurs chefs-d’oeuvre comme des cathédrales proportionnées à ces vieux principes, à la recherche de la Lyre cosmique… Du chaos à l’harmonie, c’est à un voyage passionnant à travers Histoire, mythes et symboles, sciences et philosophies, physique et métaphysique, que nous convie Patrick Crispini, chef d’orchestre, compositeur, enseignant, dont les recherches font autorité dans ces matières, qu’il transmet en enseigne avec enthousiasme auprès de plusieurs institutions et universités.

LUNDI 10 SEPTEMBRE 2018

 « Prévention de la corruption dans le secteur de l’aide et du développement »

 Malika Aït-Mohamed Parent

Expert indépendant Anti-Corruption ; Masters in Economics, Général & Public, Sorbonne, France ; International Masters Program in Practicing Management in McGill University, Canada ; Indian Institute of Management Bangalore, India ; Kobe-Tokio Universities, Japan ; INSEAD, France.

La corruption. Un mot tabou que l’on croirait réservé aux marchés publics, au croisement de la politique, des entreprises peu scrupuleuses et des pieuvres mafieuses. Pourtant, dans les pays fragiles ou déstabilisés dans lesquels ils interviennent, les humanitaires y sont souvent confrontés. Parce qu’ils l’ont parfois intégrée comme un mal nécessaire pour remplir leur mission, ils en oublient que la corruption entretient des systèmes nocifs pour les pays eux mêmes et les ampute d’une partie des moyens mis à leur disposition. En rappelant les termes de ce dilemme, Malika Aït-Mohamed Parent ouvre également des pistes pour le résoudre au profit des bénéficiaires de l’aide.