Lundi 15 mai 2017

Développement durable, une sortie de crise ?

 René LONGET

Expert en développement durable, vice-président du conseil d’administration de SIG, président de la Fédération genevoise de coopération, membre du comité de la Chambre genevoise de l’économie sociale et solidaire, membre de la commission cantonale de la diversité biologique, auteur de Planète sauvetage en cours, une responsabilité collective.

Depuis un certain nombre d’années le modèle des « 30 Glorieuses » où une forte croissance du PIB facilitait une politique de redistribution est grippé et nul n’est parvenu à le faire redémarrer. Entretemps la conviction s’est répandue que ce redémarrage fondé sur la croissance du PIB recelait de nombreux inconvénients, en particulier celui d’ignorer la finitude des ressources planétaires. Un nouveau paradigme de développement est nécessaire, répondant aux multiples crises: des finances, des ressources, de l’emploi, du sens. Le développement durable, notion forgée voici 30 ans par la commission des Nations unies pour l’environnement et le développement, fournit ici une réponse. En septembre 2015 l’Assemblée générale des Nations Unies retenait dans son programme Agenda 2030 17 Objectifs de Développement durable concrétisés par 169 cibles, un véritable programme pour orienter dans la bonne direction les efforts des humains. De nombreuses initiatives citoyennes enclenchent une dynamique vertueuse à travers le monde (cf le film Demain), mais aux Etats-Unis un président s’attèle à revenir 30 ans en arrière… Nous sommes à la croisée des chemins.

Lundi 10 avril 2017

« Penser le féminisme aujourd’hui »

Wassyla TAMZALI

Ancienne avocate à la Cour d’Alger de 1966 à 1977, ancienne directrice du Programme de l’UNESCO pour la promotion de la condition des femmes en Méditerranée, journaliste, écrivaine et militante féministe de premier plan, elle a participé aux forums civils Euromed, chargée des rencontres de femmes et du dialogue des cultures, vice-présidente du Forum international des Femmes de la Méditerranée en 2001, membre du comité d’organisation du 10ème Congrès mondial des études féministes sur les migrations en 2005, directrice exécutive du collectif Maghreb Égalité en 2006, membre du Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH) elle a été à l’initiative, avec sept autres femmes arabes, de « L’appel des femmes arabes pour la dignité et l’égalité »  à l’occasion du 8 mars 2012.

En toile de fond les conflits du Moyen-Orient et du Maghreb, leur traitement par l’Occident, les débats sur la question de l’Islam et certaines revendications de femmes se réclamant du « féminisme islamique » en Europe…  la conférencière brossera le tableau du féminisme tel qu’il est aujourd’hui pensé et mis en action par les féministes du sud de la Méditerranée.

Deux évènements guideront la conférence : tout d’abord la révolution en Tunisie et la place que la question des femmes a jouée dans la démocratie tunisienne ; ensuite les événements à Cologne dans la nuit du 31 décembre 2015.

Lundi 13 Mars 2017

Quelle gouvernance pour un monde complexe et fini

Denis LINGLIN

Ingénieur de l’École polytechnique Paris, physicien émérite (CNRS), membre ou dirigeant d’associations depuis 50 ans, élu local depuis 25 ans, citoyen du monde et ouvert aux idées nouvelles depuis 73 ans …

Le Monde est en mutation vers un « village » de 10 milliards d’humains, à la fois complexe et spatialement limité. Ceci demande des changements profonds de gouvernance. Avec des systèmes de pensée devenus graduellement obsolètes, tout comme les institutions qui les portent, Denis LINGLIN tentera un point de situation et commentera des pistes d’évolution, en prenant la France pour exemple pas toujours exemplaire. Que du bon sens, un beau projet commun mais, s’agissant de la mutation la plus importante depuis l’agriculture, conservateurs et idéologues s’abstenir !

Lundi 13 Février 2017

Après Paris et Marrakech: défis et perspectives du changement climatique

Michel JARRAUD

Secrétaire général émérite de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM),

Ancien directeur adjoint du Centre Européen pour les Prévisions  Météorologiques à Moyen Terme (CEPMMT).

Michel Jarraud a consacré plus de 21 ans à l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) dont 12 en qualité de Secrétaire Général. A ce titre, il a régulièrement suivi les Conférences des Parties (COP) de la Convention des Nations Unies sur le Changement climatique ainsi que les travaux du GIEC. Fort de cette longue expérience, de ses connaissances scientifiques et de son engagement sur des actions concrètes de coopération internationale dans les domaines combinés du climat,  de l’eau et des catastrophes naturelles, il est particulièrement bien placé pour présenter les opportunités ouvertes par l’accord de Paris de 2015 et les défis liés à sa mise en œuvre dans le contexte mondial actuel.

Lundi 9 Janvier 2017

La gauche se meurt en France et partout dans le monde. Quelles perspectives de refondation ?

Michel WIEVIORKA

Président de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme,

Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHSS),

Ancien président de l’Association internationale de sociologie.

Auteur de nombreux ouvrages sociologiques portant sur la violence, le multiculturalisme et la perte de sens à l’heure de la mondialisation, Michel Wieviorka est aussi un fin connaisseur de la vie politique, spécialement sensible à l’évolution de la gauche en France et dans le monde.  Son analyse sur les raisons de sa régression actuelle ici et ailleurs et sur les voies possibles de sa refondation s’avère particulièrement pertinente pour alimenter un large débat citoyen en ce début 2017.

Lundi 10 octobre 2016

–  Le crime de sang dans tous ses états

Jacques DALLEST

 

Actuellement procureur de la République à la Cour d’appel de Grenoble après avoir exercé notamment cinq ans en Corse (1996-2001), cinq ans à Marseille (2008-2013) et dernièrement à Chambéry, a débuté comme juge d’instruction en 1984.

 

Jacques Dallest a eu durant sa carrière déjà longue, l’occasion de vivre des tragédies sanglantes, de côtoyer le crime dans tous ses états. il saura nous rendre le travail d’enquête et l’ambiance sur les lieux des drames accessibles, nous décrire les assassinats dans leur diversité et leur complexité, dans leur épaisseur sordide. C’est notamment dans les postes  successifs  qu’il a occupés en Corse et à Marseille, qu’il a eu à traiter de grandes affaires comme l’assassinat du Préfet Érignac ou encore les meurtres dans les quartiers nord de Marseille, mais aussi bien les crimes du quotidien : crimes sexuels, « cold cases » (affaires classées non résolues)…

Narrateur d’exception, il a d’ailleurs remarquablement raconté ses années de terrain dans son ouvrage « Mes homicides, un procureur face au crime » publié en 2015, chez Robert Laffont.

Lundi 12 Septembre 2016

« L’Afrique à l’heure de la mondialisation : 

   situation et perspectives » 

 

Didier DOUCET

 

Ancien  Conseiller au Secrétariat Général du Haut Conseil de la Coopération Internationale et Chargé de Mission au Centre d’Analyse Stratégique (Premier Ministre), Consultant auprès des Nations Unies, auteur de « 3 points c’est tout » (Valleroy, 2011) et de « L’élargissement de l’Europe : un risque pour le Sud ? » (L’Harmattan, 2001) ainsi que de nombreux travaux sur l’Afrique, l’Europe et la coopération.

 

Pourquoi la mondialisation a-t-elle accentué les déséquilibres en Afrique ? Quels défis attendent ce continent traversé lui aussi par la crise financière et économique mondiale? Quel est le poids des relations interétatiques ? L’index AAI (African Attractiveness Index) établi par Ernst&Young, une des plus célèbres agences de notation, pour définir l’attractivité de l’Afrique, en souligne-t-il à raison sa complexité ? Que peut apporter l’Afrique au monde ?… c’est à ces questions, et à bien d’autres, que Didier Doucet répondra en spécialiste du domaine.

Lundi 13 Juin 2016

« Emploi et santé dans le Grand Genève : chance ou danger ? »

 

Mauro POGGIA

 

Conseiller d’État de la République et Canton de Genève,

en charge du Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS)

 

Le Grand Genève, thème plus que jamais d’actualité, sera à l’honneur de ce dîner-débat.

Habitude a été prise depuis quelques années d’aborder régulièrement ce sujet sous différentes facettes afin de suivre au mieux l’évolution de notre territoire : cette fois, ce sera sur la situation, cruciale pour beaucoup, de l’emploi et de la santé que Mauro Poggia nous apportera son regard.

Lundi 9 Mai 2016

La revanche de la Chine est-elle en train d’aboutir ?

Paolo Urio,

Professeur émérite de l’Université de Genève, spécialiste et auteur de nombreux ouvrages sur la Chine actuelle.

Au début du XIXe siècle, l’Empire du Milieu fait figure de grande puissance : il possède un tiers (33%) de la richesse mondiale, alors que les USA n’en ont que 1,8% et l’Europe (les actuels pays de l’Union Européenne, en pleine révolution industrielle) 23,3%. Un siècle plus tard, la part de la Chine n’est plus que de 8,8%, et c’est l’Europe qui possède le tiers de la richesse mondiale (35,8%) alors que celle de la nouvelle puissance, les USA, est passée à 19%.

 Mais le pire pour la Chine fut d’avoir été agressée, vaincue et réduite à l’état de semi-colonie, par les puissances occidentales vers le milieu du XIXe siècle : défaite ressentie par ses dirigeants comme la plus grande humiliation de son histoire pendant au moins un siècle. L’Empire, incapable de faire face et miné par des contradictions internes, s’écroule en 1912. Sous la Première République, qui lui succède, les ingérences occidentales (et celles de l’Union Soviétique) se poursuivent dans un climat de guerre civile, entre nationalistes et communistes (le  parti communiste chinois voit le jour en 1921), peu propice à la reconquête du statut de grande puissance. Guerre civile qui marque un arrêt avec l’agression du Japon dans les années 30 jusqu’à sa défaite en 1945, pour reprendre et se terminer par la victoire des communistes et la proclamation de la République Populaire de Chine en 1949. Repart alors, avec un nouvel élan, la marche vers la reconquête du statut de grande puissance que l’Empire et la Première République avaient à peine amorcée.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Paolo Urio proposera une clef de lecture des événements qui ont conduit (et continuent de conduire) la Chine vers la reconquête du statut de grande puissance mondiale afin de comprendre la stratégie mise en œuvre dans ce but, et ce sans relâche, par tous les gouvernants chinois qui se sont succédés à la tête de ce grand pays depuis le XIXe siècle.