Dîner-débat non progrqmmé

Vicken Bayramian

Education: – Masters, University of Paris I, Panthéon Sorbonne in International Commercial Law – LL.M in International Business law, Suffolk University Law School, Boston

Positions: General Counsel at Metinvest International SA, a major Swiss steel, iron ore and Coal trading entity selling to 75 Countries and having offices in over 15 Countries

Professional Experience: Over 11 years experience in international trading of steel, iron ore and coal with major trading transactions and acquisitions in the mining and steel producing entities worldwide.

Professional Associations: Officer at the International Sales Committee, International Bar Association – Member of the Swiss Jurists Association

Arbitration Experience: Acted as an arbitrator in a major steel transaction dispute at the Geneva Chamber of Commerce. – Acted several times as Counsel at arbitrations in Geneva, London (LCIA and LMAA) and SIAC

Vicken Bayramian

Nietzsche et le retour éternel de l’esprit libre.

Dans ces temps d’incertitude ou de trop de certitudes contradictoires, l’approche du retour éternel de Nietzsche pourrait apporter une pierre importante à l’édifice endommagé de la liberté.

Cette présentation a pour objectif une interaction vive sur la valeur suprême de la liberté face aux illusions et aux incertitudes. Elle ne prétend nullement apporter des réponses mais tentera de remettre l’esprit libre au milieu de cette cohorte de certitudes stériles voire dangereuses.

L’humain est toujours un projet inachevé et le restera encore mais cette imperfection n’est elle pas le premier pas vers libération ?

Novotel de Ferney-Voltaire – Accueil : 19 h 15 – Conférence : 19h45 / Dîner-débat avec conférence — membres : 26 € — Non membre : 28 € / Info : cerclecondorcetvoltaire@gmail.com
www.condorcet-voltaire.org


Dîner-débat non programmé

Monique Chemillier-Gendreau

Juriste, Professeure émérite de droit public et de science politique (Paris-Diderot), spécialiste en droit international et théorie de l’État, autrice du récent ouvrage « Régression de la démocratie et déchaînement de la violence», Editions Textuel, 2019.Monique Chemillier-Gendreau

Monique Chemillier- Gendreau

LA DÉMOCRATIE POURRA-T-ELLE ENCORE LIMITER LA
VIOLENCE SOCIALE et COMMENT ?

Encore considérée comme le meilleur des systèmes politiques, la démocratie revendiquée par nombre d’Etats est supposée satisfaire les aspirations des peuples selon un certain nombre de critères : liberté des élections, suffrage universel, multipartisme, séparation des pouvoirs, respect des droits de l’homme, état de droit.
Il règne pourtant aujourd’hui un fort scepticisme quant aux vertus de la démocratie. Celle-ci semble ne plus savoir comment endiguer les violences
(mouvement des Gilets jaunes en France, réactions au nationalisme hindou en Inde, conséquences du non-règlement de la question palestinienne en Israël, manifestations au Chili, etc.). Dans tous ces cas, le pouvoir n’a d’ailleurs réagi que par la répression.
La pensée critique doit absolument se confronter aux réalisations historiques de la démocratie. Il est plus qu’essentiel de prendre en compte la pluralité de la société, le multiple qui la compose, et ce, SANS AUCUNE EXCLUSION.
Même si aucun système politique ne peut éliminer complètement la violence, celle-ci peut être réduite à condition que TOUS aient le sentiment d’appartenir à une communauté politique, ce qu’Hannah Arendt appelait une « association politique des hommes libres ». Or, toute organisation politique favorisant directement ou indirectement l’exclusion et ne prenant pas en compte la pluralité de ceux qu’elle doit représenter, est condamnée à affronter la violence. L’Histoire est-elle à tout jamais inéluctable ?

Novotel de Ferney-Voltaire – Accueil : 19 h 15 – Conférence : 19h45 / Dîner-débat avec conférence — membres : 26 € — Non membre : 28 € / Info : cerclecondorcetvoltaire@gmail.com
www.condorcet-voltaire.org


Dîner-débat non programmé

Christine Verschuur

Eenseignante-chercheure, Anthropologie et sociologie, (Centre genre), Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) – Genève.

Christine Verschuur

Le genre … Quel genre ?

Comment comprendre qu’après plus d’un siècle de mobilisations féministes, les inégalités entre femmes et hommes soient encore aussi prégnantes ?
Condorcet avait lui-même déjà fait de la défense des droits des femmes l’une de ses priorités. Et c’est depuis la fin du XIXème siècle que les idées et
mouvements féministes se sont vraiment développés autour de divers enjeux et questions.
Qu’en est-il aujourd’hui des mobilisations sociales et que nous disent les
recherches actuelles ?
Alors que certains fustigent la soi-disant « théorie du genre », comment s’est
construit le champ d’études féministes et de quelle manière a été forgé le
concept de genre ?
Le genre en tant qu’outil d’analyse est désormais non seulement utile mais
nécessaire pour enfin saisir pleinement comment se reproduisent les
inégalités entre femmes et hommes. Immense domaine sur lequel réfléchir
pour chacun de nous.

Novotel de Ferney-Voltaire – Accueil : 19 h 15 – Conférence : 19h45 / Dîner-débat avec conférence — membres : 26 € — Non membre : 28 € / Info : cerclecondorcetvoltaire@gmail.com
www.condorcet-voltaire.org