Lundi 12 Février 2018

 La démographie dans tous ses états.
Inégalités et présence migratoire en France: réalités territoriales, perception et incidence électorale.

Hervé Le Bras

Directeur d’études à l’INED

(Institut national d’études démographiques) et directeur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire sociale et démographique de France.

Alors que beaucoup pourraient encore penser que la démographie se limite à l’analyse quantitative de l’évolution des populations, Hervé Le Bras, ce démographe auteur de nombreux ouvrages et si souvent invité par les media, nous emmènera vers les multiples dimensions de cette discipline et les découvertes surprenantes qui souvent en résultent.

Sur la base de ses nombreuses recherches entreprises sur des décennies jusqu’à ses analyses les plus récentes, il nous révèlera quels facteurs dessinent la carte des évolutions démographiques et sociales des territoires français: histoire politique, structures familiales, inégalités sous leurs diverses formes, présences migratoires. Il nous fera découvrir l’écart entre ces réalités territoriales et la perception qu’en ont les populations. Il nous fera aussi saisir la façon dont cet écart influe sur le vote en France, notamment lors des dernières élections présidentielles et législatives.

Lundi 8 Janvier 2018

« Santé 2020 »

Norman Sartorius

Docteur honoris causa, Docteur en Médecine et Psychologie, Professeur de psychiatrie aux Universités de Zagreb et Prague ; Professeur associé aux Universités de Genève (Suisse), Londres (Royaume-Uni), New York (EUA), Pékin (Chine), St Louis (EUA)

L’état de la santé des populations du monde est défini par trois facteurs – par la morbidité, par les personnels des services de santé et par la population elle-même. La présentation examinera l’état et les changements de ces trois facteurs au courant des décennies précédentes et essaiera de dessiner l’avenir de la santé du monde en tenant compte de ces changements.

Lundi 11 Décembre 2017

 – LUNDI 11 DÉCEMBRE 2017

 « La dramathérapie »

Anne-Cécile MOSER

Comédienne, conceptrice et metteure en scène, enseignante de théâtre, dramathérapie.

Pour la petite fille que je fus, la créativité fut un merveilleux espace « transitionnel ». Fille unique, dont les parents voyageurs n’envisageaient pas d’écoles au sens strict du terme, beaucoup seule à la maison, à bricoler, peindre, discutailler avec mes « poupettes », je me suis raconté beaucoup d’histoires tout en me déguisant beaucoup. Devenir comédienne s’est très vite imposé à moi. Ce métier m’a permis de faire jaillir tout ce qui enfant était resté au « dedans ». Le théâtre offre un magnifique espace de jeu pour faire « lien », créer ensemble, exprimer ses émotions. Il m’a permis de « m’apprendre ».

Durant ma première session de formation, le modèle de base de la dramathérapie EPR de Sue jennings (Embodiment- Projection-Rôle) a été une révélation. Trois « espaces » dont j’ai clairement identifié les champs d’explorations dans mon vécu. Sans nul doute, ils ont nourri la femme de théâtre que je suis. Mes dramaturgies ont souvent mis en scène des personnages utilisant les jeux de rôles pour mieux s’intégrer dans une réalité qui jusqu’à maintenant semblait leur échapper, obscure et complexe. Sans m’en rendre compte, la dramathérapie était à l’oeuvre dans ma création depuis longtemps (!) et je l’ai certainement pratiqué en premier lieu avec moi…J’ai commencé ma formation en mars 2012 au dramatherapie.ch BildungsInstitut à St Gall, prestataire de module reconnu KSKV-CASAT pour l’Examen Supérieur Professionnel en art-thérapie et certifié EduQua. Ecole qui travaille en coopération avec l’Institut de formation Créavie en Suisse romand.

Lundi 13 Novembre 2017

« Entre selle et terre, dans la roue du monde » 

Claude MARTHALER

Cyclonaute et écrivain

Véhicule universel par excellence, le vélo constitue l’un des dénominateurs communs à tous les peuples de la planète Terre. Là où il y a l’homme, il y a le vélo, et la grande roue du monde est à coup sûr également celle de la bicyclette.

Inconditionnel de la petite reine, Claude MARTHALER part ainsi régulièrement en voyage autour du globe, à la rencontre de ses congénères, toujours disposé à s’arrêter pour découvrir un visage ou un paysage, à toutes les altitudes ou latitudes. Sa monture lui sert de vaisseau terrestre et de passeport, car elle transcende et unit les humains, au-delà des distances, des frontières géographiques et climatiques, des générations, des classes sociales ou des capacités physiques. Elle fédère en ce sens qu’elle sert à la fois au transport, au commerce, au sport, à l’expression artistique, au pèlerinage, à la rencontre, au voyage.

Entre deux voyages – pluriannuels au début de sa carrière –, Claude MARTHALER retrouve son pied-à-terre genevois où il consigne, avec pertinence et humour, ses explorations de cyclonaute dans des livres, toujours richement illustrés, dont le premier est sorti en 2002 sous le titre Le Chant des roues – Sept ans à vélo autour du monde (éditions Olzane). Ses réflexions et observations «vélosophiques» – sur une planète qui tourne plus ou moins rond – ont ainsi peu à peu trouvé place dans une collection d’ouvrages, bien étoffée aujourd’hui. Lorsqu’il ne voyage pas, il écrit aussi des chroniques pour des quotidiens et magazines spécialisés et présente régulièrement des conférences publiques.

Lundi 9 Octobre 2017

« Société de consommation et nous : l’avatar « huile de palme »

 Denis RUYSCHAERT

Ingénieur agronome, Docteur en sociologie, chercheur Associé Université Jean Jaurès de Toulouse, IHEID (Institut de hautes études internationales et du développement) de Genève et Université de Liège.

Avatar de notre société de consommation, l’huile de palme s’est insidieusement répandue partout. Plus de de 50% des produits alimentaires industriels en contiennent ; elle s’immisce aussi dans les agro-carburants, les produits d’entretien et les cosmétiques. Sa grande stabilité et son faible coût en font un produit phare industriel. Alliée aux sucres, sels et autres additifs, cette huile participe au cocktail addictif qui fidélise le consommateur. Que faire ? Denis Ruyschaert, vice-président de Swissaid Genève, docteur en sociologie et ingénieur agronome s’appuyant sur plus de 25 ans de travaux sur quatre continents et de recherche de haut niveau dans le monde académique, soutenant l’agriculture responsable, nous propose quelques alternatives.

Lundi 11 Septembre 2017

« Guerres et paix à venir »

Gabriel GALICE

Economiste et politologue, docteur de l’université de Grenoble, auteur ou directeur de plusieurs ouvrages et articles sur la nation, l’Europe, la guerre, la paix et Jean-Jacques Rousseau, Président du Conseil de Fondation du GIPRI (Institut International de Recherches sur la Paix à Genève)

Le propos est de souligner l’indispensable cohérence entre nommer, penser et agir dans la « gouvernance » nationale, européenne et mondiale, alors qu’elle s’éloigne de plus en plus de la démocratie : le pouvoir du peuple.
Pourquoi la violence échappe-t-elle à des cadres indiscutés ? Quels sont les rapports entre la violence des marchés et les marchés de la violence ? Les élites sont-elles devenues une nouvelle oligarchie ? Quels sont les rapports entre ces formes de la violence et celles du terrorisme ? Quelles pistes sont à explorer pour renouveler la démocratie, redonner le pouvoir au peuple – aux peuples ? 

 

– LUNDI 12 JUIN 2017

Migrants, demandeurs d’asile, des mythes et des réalités …

Jean-Marc GAILLARD

Responsable du Groupe de la Cimade Pays de Gex

Marie-José BOFILL

Ancienne fonctionnaire UNHCR (Haut Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés), bénévole Elisa-Asile Genève et vice-présidente Cercle Condorcet-Voltaire du pays de Gex et de Genève.

Au lieu de favoriser l’information sur la question complexe des mouvements migratoires, notre époque excessivement médiatisée alimente peurs, amalgames et confusion sur lesquelles surfent allègrement les populismes de toutes sortes. S’appuyant sur leurs expériences respectives auprès du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR), d’Elisa-asile et de la CIMADE, Marie-José Bofill et Jean-Marc Gaillard se proposent d’apporter une vision plus contrastée et humaine sur les réalités « du terrain », à savoir la diversité des parcours et des motivations des migrants, les familles éclatées, la difficulté d’accéder à une autorisation de séjour,  les « accords Dublin », les renvois vers les pays d’origine. Des données chiffrées 2016 et une rétrospective historique sur le concept de « réfugié » compléteront la présentation, les migrations ayant été, de tout temps, au cœur des relations humaines.    

Lundi 15 mai 2017

Développement durable, une sortie de crise ?

 René LONGET

Expert en développement durable, vice-président du conseil d’administration de SIG, président de la Fédération genevoise de coopération, membre du comité de la Chambre genevoise de l’économie sociale et solidaire, membre de la commission cantonale de la diversité biologique, auteur de Planète sauvetage en cours, une responsabilité collective.

Depuis un certain nombre d’années le modèle des « 30 Glorieuses » où une forte croissance du PIB facilitait une politique de redistribution est grippé et nul n’est parvenu à le faire redémarrer. Entretemps la conviction s’est répandue que ce redémarrage fondé sur la croissance du PIB recelait de nombreux inconvénients, en particulier celui d’ignorer la finitude des ressources planétaires. Un nouveau paradigme de développement est nécessaire, répondant aux multiples crises: des finances, des ressources, de l’emploi, du sens. Le développement durable, notion forgée voici 30 ans par la commission des Nations unies pour l’environnement et le développement, fournit ici une réponse. En septembre 2015 l’Assemblée générale des Nations Unies retenait dans son programme Agenda 2030 17 Objectifs de Développement durable concrétisés par 169 cibles, un véritable programme pour orienter dans la bonne direction les efforts des humains. De nombreuses initiatives citoyennes enclenchent une dynamique vertueuse à travers le monde (cf le film Demain), mais aux Etats-Unis un président s’attèle à revenir 30 ans en arrière… Nous sommes à la croisée des chemins.

Lundi 10 avril 2017

« Penser le féminisme aujourd’hui »

Wassyla TAMZALI

Ancienne avocate à la Cour d’Alger de 1966 à 1977, ancienne directrice du Programme de l’UNESCO pour la promotion de la condition des femmes en Méditerranée, journaliste, écrivaine et militante féministe de premier plan, elle a participé aux forums civils Euromed, chargée des rencontres de femmes et du dialogue des cultures, vice-présidente du Forum international des Femmes de la Méditerranée en 2001, membre du comité d’organisation du 10ème Congrès mondial des études féministes sur les migrations en 2005, directrice exécutive du collectif Maghreb Égalité en 2006, membre du Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH) elle a été à l’initiative, avec sept autres femmes arabes, de « L’appel des femmes arabes pour la dignité et l’égalité »  à l’occasion du 8 mars 2012.

En toile de fond les conflits du Moyen-Orient et du Maghreb, leur traitement par l’Occident, les débats sur la question de l’Islam et certaines revendications de femmes se réclamant du « féminisme islamique » en Europe…  la conférencière brossera le tableau du féminisme tel qu’il est aujourd’hui pensé et mis en action par les féministes du sud de la Méditerranée.

Deux évènements guideront la conférence : tout d’abord la révolution en Tunisie et la place que la question des femmes a jouée dans la démocratie tunisienne ; ensuite les événements à Cologne dans la nuit du 31 décembre 2015.

Lundi 13 Mars 2017

Quelle gouvernance pour un monde complexe et fini

Denis LINGLIN

Ingénieur de l’École polytechnique Paris, physicien émérite (CNRS), membre ou dirigeant d’associations depuis 50 ans, élu local depuis 25 ans, citoyen du monde et ouvert aux idées nouvelles depuis 73 ans …

Le Monde est en mutation vers un « village » de 10 milliards d’humains, à la fois complexe et spatialement limité. Ceci demande des changements profonds de gouvernance. Avec des systèmes de pensée devenus graduellement obsolètes, tout comme les institutions qui les portent, Denis LINGLIN tentera un point de situation et commentera des pistes d’évolution, en prenant la France pour exemple pas toujours exemplaire. Que du bon sens, un beau projet commun mais, s’agissant de la mutation la plus importante depuis l’agriculture, conservateurs et idéologues s’abstenir !